.: Organisation pour Bâtir dans l'Union un Togo Solidaire :.

Agbéyomé Kodjo rompt avec un passé d’opposant non « constructif » et s’engage…

Les premiers responsables et militants du parti Organisation pour bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) de l’ancien Premier ministre Agbéyomé Messan Kodjo, étaient en communion samedi avec la presse nationale et internationale. C’était à la faveur d’un déjeuner organisé par cette formation politique à son siège de Totsi (Lomé) et qui a permis à son président d’aborder avec les journalistes, plusieurs sujets d’actualité.



L’homme qui se définit désormais comme un « opposant constructif » se réjouit de la politique des grands travaux du gouvernement. Il a rappelé les multiples inaugurations opérées par le Chef de l’Etat en marge de la célébration du 56ième anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale et exprimé à ce propos, sa joie mais aussi sa fierté face à ces inaugurations. « L’accession à la souveraineté internationale de notre cher pays, le Togo fut marquée par une série d’inaugurations d’infrastructures grand public allant des transports aériens, à l’assainissement en passant par l’industrie hôtelière, et l’intermédiation financière, sans oublier le lancement des prestations en matière d’assurances pour les bénéficiaires du FNFI. Cet ensemble qui nous a paru refléter l’intérêt général, est à saluer », a-t-il souligné dans son mot de circonstance.

Agbéyomé Kodjo, comme pour rompre avec un passé d’opposant « critique » et non « constructif » s’est solennellement engagé à « contribuer à promouvoir à tous égards, notre cher pays, son cheminement démocratique, l’État de droit, la juste répartition des richesses nationales, et le mieux-vivre ensemble ».

Comme il fallait s’y attendre, le natif de Tokpli (préfecture de Yoto) n’a pas éludé le contenu de la Lettre Pastorale de la Conférence des Evêques du Togo, qui selon lui, « invite les Gouvernants, les acteurs politiques, ceux la société civile, les chrétiens et l’ensemble du peuple togolais, à un Nouveau Départ, à un Nouvel Engagement, dans la Vérité et la Responsabilité, au service exclusif des intérêts de notre Pays ». Pour lui, il s’agit d’un appel qui « convoque chacun à une prise de conscience collective pour lever ensemble dans la justice et la fraternité les freins rédhibitoires à l’émergence d’une Nation moderne, démocratique, soucieuse des droits et des devoirs pour tous garantissant le progrès individuel de tous, et le bien- être de chacun ».

 

Agbéyomé Messan Kodjo, dont les poursuites engagées contre lui dans l’affaires des incendies des marchés de Lomé et Kara viennent d’être levées n’a pas caché sa joie tout en appelant les pouvoir publics à accélérer les pas en vue de la relance effective des activités des opérateurs économiques sinistrés et en restant « très attentif » à leurs préoccupations.

« Il urge de mobiliser et de rechercher des sources de financement additionnel pour faire renaître de leurs cendres le Grand Marché de Lomé et celui de Kara véritables carrefours de développement du commerce régional, et de boosteurs de l’économie nationale », plaide-t-il.

Sur des sujets purement politiques, le patron du parti OBUTS n’a pas fait montre du même enthousiasme exprimant le regret de ce que les hommes et femmes qui doivent épauler Awa Nana dans sa mission de réconciliation et d’indemnisation des victimes des crises sociopolitiques du pays ne soient à ce jour pas encore connus.

Sur le plan économique, OBUTS, tout en saluant les « efforts déployés par l’Office Togolais des Recettes dans sa mobilisation tendant à perception des créances fiscales » fustige la stratégie adoptée. « S’agissant du [service des impôts des entreprises], des modalités, et mesures préalables à la mise en œuvre de l’action en recouvrement forcé nous paraissent de bonnes méthodes afin d’éviter de provoquer une psychose dans les milieux d’affaires dont certains acteurs désertent notre pays. Tous les cris de désarroi qui nous parviennent des opérateurs économiques de notre pays attestent de ce que, il y a matière à repenser la stratégie de mobilisation des créances fiscales, pour ne pas décourager les contribuables, et les pousser à rechercher des alternatives dommageables pour l’économie nationale », a-t-il lancé.

Il s’est en outre prononcé sur d’autres sujets d’actualité à l’instar de la manifestation projetée par une partie de l’opposition pour le 21 mai prochain. Il a marqué sa désapprobation et invité chacun à plus d’ouverture au dialogue.

A.G.

Communiqué

Newsletters

Inscrivez-vous à notre Newsletter